CANADIAN ASSOCIATION OF SIGN LANGUAGE INTERPRETERS

Code de déontologie ainsi qu’a ses lignes directrices de conduite professionnelle

 

Association Des Interprètes En Langage Visuel Du Canada

L’Association des interprètes en langage visuel du Canada (AILVC) s’attend à ce que ses membres maintiennent des normes de conduite professionnelle élevées dans le cadre de leurs fonctions et de leur identité d’interprètes. Les membres sont tenus de se conformer au Code de déontologie et de respecter les Lignes de conduite professionnelle. Il s’agit là de conditions d’adhésion à l’association.


Ce document articule les principes déontologiques, les valeurs et les normes de comportement qui ont pour effet de guider tous les membres de l’AILVC dans l’exercice de leur profession. Il a pour but d’orienter les interprètes afin qu’ils ou qu’elles puissent prendre des décisions à la fois déontologiques et professionnelles dans l’exercice quotidien de leurs fonctions. C’est grâce au Code de déontologie et aux Lignes de conduite professionnelle que le grand public est protégé en matière de prestation de services.

Les Valeurs Intrinsèques Du Code De Déontologie Et Des Lignes De Conduite Professionnelle

Voici les valeurs intrinsèques de l’AILVC:

    • La responsabilité professionnelle:
Les interprètes doivent accepter la responsabilité de leurs décisions et de leurs actes professionnels.
    • La compétence professionnelle:
Les interprètes doivent s’engager à fournir des services professionnels de qualité dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions.
    • L’absence de discrimination:
Les interprètes doivent fournir leurs services professionnels en faisant preuve de respect et de sensibilité culturelle.
    • L’intégrité des relations professionnelles:
Les interprètes doivent agir avec les consommateurs ou les consommatrices et leurs collègues en toute honnêteté et impartialité.
1* Aux fins du présent document, l’expression “ membre ” se rapporte à toute personne, Sourde ou entendante, qui est soit membre actif, soit membre de soutien.
    • L’intégrité des relations d’affaires:

Les interprètes doivent avoir des pratiques commerciales qui sont toujours honnêtes et déontologiques.


Lorsque les membres prennent des décisions d’ordre déontologique et professionnel à titre d’interprètes, ils doivent savoir qu’il leur incombe de considérer chacune des valeurs intrinsèques et les sections qui s’y rapportent. Ces valeurs ont une pondération et une importance égales.

Code de déontologie et Lignes de conduite professionnelle

1.0 La Responsabilité Professionnelle

Les interprètes acceptent la responsabilité de toutes leurs décisions et de leurs actes professionnels.

1.1 La confidentialité

1.1.1 Les membres doivent respecter le droit à la vie privée des consommateurs ou des consommatrices et garder confidentiels tous les renseignements obtenus dans le cadre de leurs services professionnels. Les membres ne peuvent être déchargés de cette obligation que lorsque les consommateurs ou les consommatrices les y autorisent ou lorsque la loi les y oblige.

1.1.2 Au besoin, les membres peuvent échanger des renseignements pertinents avec des collègues afin d’offrir un service de qualité uniforme. Cela doit se faire de manière à protéger l’information et les consommateurs ou les consommatrices.

1.1.3 Les membres doivent savoir que d’autres codes de conduite professionnelle peuvent avoir des incidences sur leur travail. Dans de telles circonstances, les membres doivent prendre les décisions professionnelles qui s’imposent et se conduire d’une manière digne du milieu et de la profession.

1.2 La conduite professionnelle

1.2.1 Les membres doivent d’abord et avant tout tenir compte des besoins des consommateurs ou des consommatrices lorsqu’ils prennent des décisions professionnelles.

1.2.2 Les membres doivent reconnaître que tout le travail qu’ils entreprennent individuellement, bénévolement ou contre rémunération, doit, au bout du compte, refléter leur propre intégrité et celle de la profession.

1.2.3 Les membres doivent se conduire de manière professionnelle en tout temps. Ils ne doivent pas intimider des particuliers ou des organismes pour qu’ils retiennent leurs services professionnels ou les forcer à retenir leurs services professionnels.

1.2.4 Les membres doivent tenir compte des limites de leurs aptitudes, de leurs connaissances et des ressources dont ils disposent avant d’accepter un travail. Ils doivent se retirer d’un milieu donné lorsqu’ils s’aperçoivent qu’ils ne sont pas en mesure de fournir des services professionnels.

1.2.5 Les membres doivent être conscients des circonstances personnelles ou des conflits d’intérêt qui sont susceptibles d’entraver leur efficacité. Ils doivent s’abstenir de se conduire d’une manière pouvant donner lieu à un rendement inadéquat et (ou) de nuire à qui que ce soit, à eux-mêmes et aux consommateurs ou consommatrices y compris.

1.2.6 Sur le plan de la conduite professionnelle et déontologique, les membres relèvent de l’AILVC et de leur section affiliée locale. De plus, après l’observation de ce comportement, il incombe aux membres de discuter et de résoudre de manière professionnelle les problèmes découlant d’une dérogation au comportement déontologique ou professionnel de la part des collègues. Advenant que ces dérogations soient chroniques ou qu’elles soient susceptibles de nuire à autrui, et que les tentatives de résolution du problème aient été vaines, ledit comportement doit alors être signalé à l’AILVC et (ou) à sa section affiliée locale de la manière dont il est convenu dans la procédure pertinente de règlement des griefs.

1.3 La portée de l’exercice de la profession

1.3.1 Les membres doivent s’abstenir d’emprunter leur rôle professionnel pour s’acquitter d’autres fonctions qui dépassent la portée de leur travail d’interprétation et les paramètres de leurs tâches professionnelles. Ils ne doivent pas offrir de conseils ou interjeter leurs opinions personnelles.

1.3.2 Lorsque les membres font partie d’une équipe professionnelle (par exemple, dans les milieux scolaires, judiciaire, médical et de la santé mentale), ils doivent comprendre que leur expertise se limite à l’interprétation. Dans de tels milieux, il peut être approprié pour les membres de porter des commentaires sur l’efficacité générale des communications et du processus d’interprétation, ainsi que de suggérer des ressources et de recommander des professionnels convenables. Cela ne doit se faire que dans le contexte de l’équipe professionnelle.

1.3.3 Les membres doivent éviter de manipuler les situations de travail pour en tirer des avantages ou des gains personnels. Lorsqu’ils travaillent comme entrepreneurs indépendants, les membres peuvent faire la promotion de leurs services professionnels en autant qu’ils respectent la portée de leur profession. Lorsqu’ils travaillent sous l’égide d’un organisme ou d’un autre employeur, il est déloyal pour les membres de faire la promotion de leurs services indépendamment de ceux de l’organisme ou de l’employeur.

1.4 L’intégrité des services

Les membres doivent faire preuve de bon jugement professionnel et accepter la responsabilité de leurs décisions. Les membres doivent faire tout le nécessaire pour éviter les situations qui constituent des conflits d’intérêt, réels ou perçus. Les membres doivent faire en sorte qu’il y ait révélation complète des faits à toutes les parties advenant que leur intérêt accessoire soit considéré comme un conflit d’intérêt, réel ou perçu.

2.0 La Compétence Professionnelle

Les interprètes fournissent des services de la plus grande qualité possible dans le cadre de tous les aspects de l’exercice de leur profession.

2.1 Les qualités requises

Les membres doivent posséder les connaissances et les habiletés nécessaires pour rendre une interprétation précise et appropriée. Les interprètes travaillent dans des milieux divers et avec des consommatrices ou des consommateurs divers. Cela les oblige donc à être aptes à répondre aux besoins linguistiques des consommateurs ou des consommatrices, à la dynamique culturelle de chaque situation ainsi qu’à l’esprit et au contenu du discours.

2* Par “ nuire ”, on entend un comportement préjudiciable engendrant de la souffrance chez une personne. Cela peut comprendre, mais sans s’y restreindre, des actes de nature sexuelle, physique, émotive ou verbale. Cela peut également comprendre l’exercice des fonctions pendant que le membre est sous l’influence de l’alcool, de drogues ou de substances psychodysleptiques.

2.2 La fidélité de l’interprétation

Toute interprétation doit être fidèle et doit rendre exactement le sens du message de départ. Une interprétation fidèle ne doit pas être considérée comme une interprétation littérale. La fidélité de l’interprétation fait appel à une adaptation visant à rendre la forme, le ton et le sens profond du message de départ pour qu’ils soient ressentis dans la langue et la culture d’arrivée.

2.3 La responsabilité de la compétence professionnelle

2.3.1 Il incombe aux membres d’accepter la responsabilité entière de la qualité de leur propre travail. Par ailleurs, les membres doivent s’abstenir de faire des déclarations inexactes à propos de leurs compétences, leur scolarité, leur expérience ou leur agrément.

2.3.2 Il revient aux membres de bien se préparer pour s’acquitter d’un travail.

2.3.3 Les membres ne doivent accepter des contrats de travail qu’après avoir déterminé qu’ils possèdent les qualités requises et qu’ils sont en mesure de rester neutres pendant tout le travail.

2.4 Le perfectionnement professionnel permanent

2.4.1 Les membres doivent intégrer les connaissances théoriques et appliquées courantes, améliorer leurs connaissances grâce à l’éducation permanente pendant toute leur carrière professionnelle et s’efforcer d’obtenir l’approbation de l’AILVC.

2.4.2 Les membres doivent s’efforcer d’être autodidactes et de participer à des activités de perfectionnement qui se rapportent à l’exercice de leur profession. Cela peut comprendre, mais sans s’y restreindre, des revues par les pairs, la consultation collégiale, le mentorat et une rétroaction régulière concernant des domaines précis du perfectionnement d’habiletés.

3.0 L’absence De Discrimination

Les interprètes doivent fournir leurs services professionnels en faisant preuve de respect et de sensibilité culturelle à l’égard de toutes les personnes en jeu.

3.1 L’absece de discrimination

Les membres doivent respecter l’individualité, le droit à l’autodétermination et l’autonomie des personnes avec lesquelles ils travaillent. Les membres doivent éviter toute discrimination en raison des origines ethniques, du sexe, de l’âge, d’invalidités, de l’orientation sexuelle, de la religion, des croyances et des pratiques personnelles, de l’état social ou de tout autre facteur.

3.2 Les préférences en matière de communications

Les membres doivent respecter et utiliser la forme de communication préférée par les consommateurs ou les consommatrices sourd(e)s et malentendant(e)s auxquel(le)s leurs services sont destinés.

3 Par sensibilité culturelle, on entend que les membres doivent être conscients du caractère unique de chaque personne et de chaque contexte dans lequel ils travaillent, et réagir en conséquence.

3.3 Les interprètes Sourd(e)s

Les services d’un(e) interprète Sourd(e) peuvent s’avérer nécessaires lorsque les personnes avec lesquelles on travaille emploient des dialectes de signes régionaux, des signes non standard, des langues des signes étrangères de même que lorsqu’on compose avec des personnes qui commencent à utiliser une langue. Le recours à l’interprète Sourd peut également s’avérer nécessaire lorsqu’on s’occupe de personnes qui ont des invalidités ayant des incidences sur la communication. Les membres doivent reconnaître la nécessité de faire appel à un(e) interprète Sourd(e) et faire en sorte qu’il ou qu’elle soit inclus(e) dans l’équipe d’interprètes professionnels.

4.0 L’intégrité Des Relations Professionnelles

Les interprètes font affaire avec les consommateurs ou les consommatrices et leurs collègues en toute honnêteté et toute impartialité, tout en établissant et en maintenant des limites professionnelles.

4.1 Les relations professionnelles

Les membres doivent comprendre la différence entre les interactions professionnelles et les interactions sociales. Ils doivent établir et maintenir des limites appropriées entre eux et avec les consommateurs ou les consommatrices. Il incombe aux membres de faire en sorte que les relations qui sont entretenues avec toutes les parties en cause soient raisonnables, justes et professionnelles.

4.2 L’impartialité

4.2.1 Les membres doivent demeurer neutres, impartiaux et objectifs. Les membres doivent s’abstenir de modifier un message pour des raisons politiques, religieuses, morales ou philosophiques ou pour toute autre considération partiale ou subjective.

4.2.2 Advenant que les membres soient incapables de se défaire de leurs préjugés personnels ou d’éliminer les réactions qui menacent l’impartialité, ils doivent alors étudier les options qui s’offrent à eux. Entre autres, ils pourraient décider de ne pas dispenser leurs services ou de se retirer du travail ou du contrat en question.

4.3 Le respect des collègues

4.3.1 Les membres doivent agir envers leurs collègues dans un esprit de collaboration mutuelle, en les traitant avec respect, courtoisie, équité et de bonne foi et ils doivent en projeter une image aux autres qui est empreinte de respect, de courtoisie, d’équité et de bonne foi. Les membres sont encouragés à partager leurs connaissances avec leurs collègues dans un esprit d’assistance mutuelle.

4.3.2 Les membres ont l’obligation professionnelle d’aider et d’encourager les nouveaux interprètes qui entrent dans la profession.

4.3.3 Les membres ne doivent pas abuser de la bonne foi des autres membres, ni être coupables d’un abus de confiance ou de l’emploi de tactiques déloyales.

4 Les formes de communication préférées peuvent comprendre la transmission orale, la communication tactile et la langue des signes. En matière de langue des signes, les préférences incluent la LSQ, l’ASL et des variétés de contact de signes ressemblant au français et de signes ressemblant à l’anglais.

4.4 Le soutien des associations professionnelles

Les membres doivent soutenir l’AILVC, ses sections affiliées et les autres organismes représentant la profession et la communauté Sourde.

5.0 L’intégrité Des Relations D’affaires

Les interprètes établissent et maintiennent des limites professionnelles avec les consommateurs ou les consommatrices et les collègues, limites qui sont honnêtes et justes.

5.1 Les pratiques commerciales

5.1.1 Les membres doivent s’abstenir de faire de la concurrence déloyale à leurs collègues, ce qui comprend, mais sans s’y restreindre, ce qui suit : a) faire de la publicité comparative; b) casser les prix délibérément; ou c) gonfler les prix de manière artificielle lorsque la demande du marché excède l’offre.

5.1.2 À toutes les étapes de la situation d’interprétation, les membres doivent se conduire d’une manière digne de la profession, ce qui comprend la négociation du travail et des contrats, l’obtention de matériel de préparation convenable, leur choix de tenues vestimentaires et le comportement professionnel.

5.1.3 Les membres doivent respecter les engagements professionnels qu’ils prennent lorsqu’ils acceptent du travail et ils doivent s’acquitter de leurs obligations. Les membres ne peuvent pas unilatéralement mettre fin à un travail ou à un contrat à moins qu’ils n’aient des motifs justes et raisonnables de le faire.

5.1.4 Les membres doivent prendre raisonnablement soin du matériel et (ou) des biens qui leur sont remis par un consommateur ou une consommatrice et ils ne peuvent pas les prêter ou les utiliser à des fins autres que celles pour lesquelles le matériel ou les biens qui leur ont été confiés.

5.2 La juste représentation des compétences

5.2.1 Les membres ne doivent, d’aucune manière, ni faire ni permettre des déclarations qui sont fausses, trompeuses, incomplètes ou qui sont susceptibles d’induire les consommateurs, les consommatrices ou les membres du grand public en erreur.

5.2.2 Les membres doivent s’abstenir de faire de la fausse représentation de leurs compétences, de leur scolarité, de leur expérience et de leur agrément. Seuls les membres agréés de l’AILVC (COI) ou du RID (CI/CT ou CSC) peuvent employer l’expression “ agréé ” ou “ agréée ” dans leurs transmissions écrites, électroniques, signées ou verbales. Sans s’y restreindre, cela peut comprendre les répertoires d’interprètes, les cartes de visite, les formulaires, le matériel de promotion, les curriculum vitae ou les publications dont ils sont les auteurs.

5.3 La rémunération des services

5.3.1 Les membres ne doivent envoyer des factures que pour les services fournis. Les membres négocient leurs honoraires, les politiques d’annulation y compris, par écrit de préférence ou au moyen d’un contrat avant d’offrir leurs services. Lorsque les membres établissent leurs honoraires, ils doivent être sensibles aux normes qui existent au sein de la profession et de la communauté.

5.3.2 Les membres peuvent également rendre leurs services bénévolement ou en échange de biens ou de services lorsque la profession d’interprète et le mode de vie d’autres interprètes ne sont pas mis en jeu.


Présenté À Des Fins De Ratification À L’aga De L’avlic 2000

Fin Du Document

American Mental Health Counselors Association, Code of Ethics (1997)

Association des infirmières et infirmiers psychiatriques du Canada, Code of Ethics (février 1998)

Association des traducteurs et interprètes de l’Alberta, Code of Ethics (ébauche, 1999), non publié

Camosum College Guidelines for Instructors, Victoria, Colombie-Britannique (1997)

Corey, Corey et Callanan. (1993), Issues and ethics in the helping profession, Pacific Grove, Californie, Brooks/Cole Publishing Company

Humphrey, Janice. (1999), Decisions, decisions, Amarillo, Texas, H & H Publishers

National Association of Social Workers, Code of Ethics (révisé en 1990)

Society of Translators and Interpreters of British Columbia, Code of Ethics (automne 1998)

Voice (vrs) / vp: 437-370-8127

Text: 289-988-3397

Email: casli@casli.ca


PO Box 66062 Town Centre,

Pickering, Ontario

L1V 6P7